Avant-propos

Le 26 mai 2019, 8 605 électeurs de Mons-Borinage m’accordaient leur confiance pour devenir leur représentant du Parlement de Wallonie

J E A N - P I E R R E L E P I N E
D É P U T É  PS  A U  P A R L E M E N T  D E  W A L L O N I E

JPlepineRActiv01.jpeg

Plus que jamais, c’est au cœur de vos préoccupations que je veux inscrire mon travail pour ces prochaines années

Dans la foulée de la communication des résultats, j’apprenais que le soutien des électeurs fut tel que mon taux de pénétration me permettrait de continuer à assurer le mayorat de la Commune de Quaregnon, me laissant, ainsi, le temps de mener à bien des dossiers d’envergure pour cette ville si chère à mon cœur.

 

Le 11 juin 2019, je prêtais ainsi serment en tant que Député PS au Parlement de Wallonie et, le 18 juin 2019, en tant que Député au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.


Le 24 septembre 2019, sur proposition du groupe socialiste, mes collègues parlementaires me faisaient l’honneur de me désigner Président de la Commission de l’environnement, de la nature et du bien-être animal du Parlement de Wallonie en vue d’y assurer le bon déroulement des travaux ; un défi que j’ai fait mien avec un enthousiasme certain. Face aux inquiétudes et défis environnementaux grandissants, c’est avec détermination que j’entendais, et entends toujours, œuvrer au travail de cette Commission.


Au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, en tant que membre de la Commission du budget, de la fonction publique, de l’égalité des chances, de la tutelle sur Wallonie-Bruxelles Enseignement et des bâtiments scolaires, c’est à bras-le-corps que j’ai choisi de contribuer à l’important chantier que constitue la rénovation du parc de bâtiments scolaires. Des infrastructures de qualité constituent, à mon sens, un incontestable préalable à un enseignement qui doit tendre vers l’excellence.

Cette session parlementaire fut marquée par l’éclatement de la crise de la Covid-19, une crise sans précédent, qui nous a amenés, nous, parlementaires, afin de pouvoir répondre à l’urgence de la situation, à octroyer des pouvoirs spéciaux aux Gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.


Pour moi, député-bourgmestre, il s’est agi, d’une part, de pallier certaines situations et, d’autre part, d’agir de concert avec les autres niveaux de pouvoir, gouverneur de la Province de Hainaut, entités fédérées et le Fédéral, afin de permettre non seulement la mise en œuvre des décisions prises par le Centre national de crise, mais également de les compléter. Il a, en outre fallu, en tant que parlementaire, se faire le porte-voix des préoccupations des acteurs de terrain pour permettre aux exécutifs de prendre des mesures en phase avec les besoins effectifs de ceux-ci.


Comme je l’avais annoncé à l’entame de la législature, je suis et resterai un homme de terrain. Cette crise, bien que nous mettant toutes et tous à rude épreuve, renforce ma conviction que la présence constante sur le terrain est fondamentale en matière d’action politique ; elle est un levier qu’il nous faut plus que jamais actionner si nous voulons rétablir la confiance en l’action politique que la résurgence des populismes a contribué à éroder. Plus que jamais, c’est au cœur de vos préoccupations que je veux inscrire mon travail pour ces prochaines années.

 

Jean-Pierre Lepine