Question orale au Parlement - Covid 19: les bâtiments scolaires

11 mai 2020

«Covid-19: suivi de la préparation du déconfinement – Bâtiments, aspects
scolaires et sanitaires»

Question de M. Jean-Pierre Lepine à M. Frédéric Daerden, vice-président du gouvernement et ministre du Budget, de la Fonction publique, de l’Égalité des chances et de la tutelle sur Wallonie-Bruxelles Enseignement, intitulée

«Covid-19: suivi de la préparation du déconfinement – Bâtiments, aspects scolaires et sanitaires»

M. Jean-Pierre Lepine (PS).

"Monsieur le Ministre, je vous interrogeais lors de la dernière réunion de notre commission sur la problématique, essentielle, des bâtiments scolaires. Vous avez évoqué dans votre réponse que vous alliez rencontrer les fédérations de pouvoirs organisateurs, notamment pour faire le point sur les travaux urgents à réaliser dans le cadre du déconfinement.

Je voulais donc faire le bilan avec vous des constats ou des informations qui vous ont été transmises, le cas échéant, par les personnes de terrain pour la mise en œuvre des mesures barrières, en ce compris l’accès régulé aux sanitaires. Vous sachant particulièrement attentif à ce que les éléments indispensables à la santé de toutes et de tous, c’est-à-dire aussi bien des élèves que du personnel des écoles, soient parfaitement respectés, et partageant votre souci, je souhaitais vous demander de récapituler ces données essentielles à une reprise sereine dans les conditions déterminées. Aussi, pouvez-vous me faire part des informations et des solutions amorcées pour résoudre les difficultés éventuelles dont vous avez eu connaissance?"

M. Frédéric Daerden,

Vice-président du gouvernement et ministre du Budget, de la Fonction publique, de l’Égalité des chances et de la tutelle sur Wallonie-Bruxelles Enseignement.

"Monsieur le Député, j’ai effectivement rencontré les fédérations de pouvoirs organisateurs depuis notre dernier échange à ce sujet. Cette réunion a amené mon cabinet à faire des réflexions. Cette semaine encore ou la suivante, le gouvernement pourra alors faire des propositions très concrètes.

Les espaces sanitaires des écoles doivent permettre d’assurer l’hygiène corporelle de chaque utilisateur. Il apparaît dès lors indispensable et urgent de prioriser l’amélioration préventive de la qualité hygiénique et fonctionnelle de ces lieux dans le contexte de la crise sanitaire actuelle. Ce thème dépasse d’ailleurs ce moment. Nous l’avons souvent abordé lors de nos visites sur le terrain, lors de nos réflexions sur la programmation et la méthodologie à adopter pour les bâtiments scolaires. Ce sujet est souvent évoqué, soit par le terrain, soit par notre Parlement.

Dans l’urgence, et à la suite des diverses concertations, pour des raisons de praticabilité, d’efficacité, de délais, une attention particulière et rapide est apportée aux dispositifs permettant la distribution de gel hydroalcoolique. Nous ne pouvons certes pas régler la question des sanitaires en deux semaines, mais nous avons lancé un appel d’offres et attribué un marché pour l’achat de tels gels. Dans les jours qui viennent, nous attendons leur réception et leur livraison dans les écoles, avant un approvisionnement structurel régulier.

Ensuite, nous devrons multiplier les opérations visant la mise à disposition de nouveaux sanitaires ou à la rénovation rapide de ceux qui existent déjà. Nous travaillons actuellement à l’élaboration d’un programme d’extrême urgence qui pourrait consister en une version adaptée du programme prioritaire de travaux (PPT), c’est-à-dire qu’il reprendrait la partie du PPT touchant les besoins les plus urgents, en vue de soutenir les écoles et les pouvoirs organisateurs dans leurs efforts d’amélioration des sanitaires. En raison de l’urgence que génère cette crise, nous devons aussi envisager l’installation de sanitaires temporaires, c’est-à-dire de modules mobiles. Ceci permettrait de limiter les croisements par l’augmentation de sanitaires disponibles.
 

Rappelons toutefois qu’il s’agit d’une opération d’extrême urgence financée à l’aide d’un fonds d’urgence limité. En effet, environ 55 millions d’euros sur les 80 millions disponibles ont déjà été affectés. Or il reste des demandes importantes, notamment celles relayées par la ministre Désir pour les remédiations, ou encore celles qui ont trait à la culture et au monde associatif. Le fonds d’urgence ne nous permettra pas de tout financer. Néanmoins, il reste important de soutenir les travaux les plus nécessaires, en prenant soin de maintenir une bonne coordination avec les pouvoirs organisateurs. Au-delà de la valeur symbolique d’un tel soutien, il convient de répondre à une véritable nécessité. Nous ne pourrons pas satisfaire tous les besoins, mais si nous faisons preuve de pragmatisme et de souplesse afin d’apporter aux écoles une aide la plus efficace possible, nous pourrons au moins accomplir des progrès dans ce secteur primordial."

M. Jean-Pierre Lepine (PS). 


"Je suis d’accord avec la méthodologie et sur le fait qu’il faille aller pas à pas dans ce dossier. Nous ne referons en effet pas le monde en un jour. À la lecture de vos réponses, je constate que, malgré la situation difficile dans laquelle nous vivons aujourd’hui, nous avançons et diverses solutions se dégagent déjà pour quelques écoles. Ceci dit, le travail est colossal et je me doute bien qu’il faudra consentir des efforts considérables pour aboutir. Ma commune est l’une des seules en Hainaut à avoir encore un enseignement secondaire supérieur. Je fais partie du pouvoir organisateur et la rentrée de ce lundi 18 mai s’annonce difficile. Nous y travaillons.

Le 20 mai, après la réunion de la commission paritaire locale, je serai fixé sur la volonté des uns et des autres de reprendre ou non le chemin de l’école et les conditions de cette rentrée. Nous avons pris toutes les dispositions nécessaires pour dispenser du gel hydroalcoolique et mettre en place des mesures barrières. Tant les responsables des écoles que le pouvoir organisateur ont paré au plus pressé. Nous attendons impatiemment des aides supplémentaires et peut-être les fameux masques promis pour garantir aux parents, et surtout aux élèves, une rentrée normale. À l’heure actuelle, je suis en mesure d’affirmer qu’elle sera sans doute très compliquée. Néanmoins, je reconnais le travail que vous avez accompli, Monsieur le Ministre, ainsi que celui de vos équipes et je vous encourage à continuer de la sorte."

Sources: 

 

Compte rendu intégral de la "Commission du Budget, de la Fonction publique, de l’Égalité des chances, de la Tutelle sur WallonieBruxelles Enseignementet des Bâtiments scolaires du PARLEMENT DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAIS": Retrouvez le lien ici

"Commission du Budget" du 27 avril 2020 du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles: retrouvez l'intégralité de la vidéo Youtube ICI